Le Joueur d'échecs

Ecrit en 1942 par le célèbre auteur viennois Stefan Zweig, Le joueur d'échecs raconte l'histoire imaginée d'une croisière au lendemain de la seconde guerre mondiale. Le narrateur, personnage par lequel le lecteur suit les péripéties de la traversée, embarque vers l'Argentine avec à son bord le champion mondial d'échecs : Mirko Czentovic. Homme au caractère renfermé, Czentovic ne tarde pas à devenir le centre de l'attention. C'est au cours d'une partie qu'il dispute contre l'un des passagers qu'entre en scène Monsieur B.
Remarqué par le public pour son talent au "roi des jeux" et malgré l'exaltation générale qui se crée autour de lui, B refuse de jouer. Le narrateur, frappé par ce refus obstiné, tente de se rapprocher du personnage énigmatique de Monsieur B et découvre son histoire extraordinaire, celle d'un avocat lié à famille royale autrichienne pendant la seconde guerre mondiale. 

stefan zweig.jpg

Pourquoi Le joueur d'échecs ?

Le Joueur d'échecs : un écho à notre temps. En plein confinement, confrontés à nos pensées et à nous-mêmes, certaines réalités nous rattrapent et finissent par s'imposer à nous. Comment ne pas voir dans cet homme, forcé à s’isoler, un reflet de nous-mêmes, une mise en abyme ? Coupé du monde, seul face à ses pensées, le personnage de B nous fait prendre conscience de la nécessité des autres. Chez ce personnage, la pensée est à la fois salvatrice et révélatrice de la condition humaine. Dans l'isolement qu'apporte la solitude, les pensées sont autant un moyen d'évasion qu'une prise de conscience du poids de la condition humaine. Mais le Joueur d'échecs, c'est avant tout le testament d'un auteur tourmenté. Œuvre d'un exilé, la nouvelle est publiée à titre posthume après le suicide de son

auteur Stefan Zweig. Existe-t-il une limite à la folie ? Existe-t-il une limite à la pensée ?